30/09/10, Niagara falls

1 octobre 2010

Suite à notre visite de Chicago, nous avons rejoint Détroit mais ce n’était pas terrible…

Pour les amateurs, un bâtiment historique est à vendre (crise oblige!?) en plein downtown de Détroit.
img0346.jpgimg0343.jpgimg0344.jpg

et sans s’en rendre compte nous avions passé la frontière canadienne… tant pis pour Cleveland, on a donc continué notre route pour Montreal en passant par les chutes de Niagara.

Voici la rue principale de la ville des chutes de Niagara

img0347.jpg

Il s’agit d’une ville fête foraine.

Admirez:

img0349.jpgimg0348.jpg

Ma belle qui joue img0350.jpg … à des jeux d’enfant

Et voici les chutes :
img0351.jpgimg0355.jpg

et les secondes :

img0353.jpgimg0354.jpg

on peut aussi admirer les gratte-ciels.

Agnès qui pose, suffisamment rare…

img0356.jpgimg0358.jpgimg0357.jpg

Je ne crois pas avoir vu d’autochtones car comme vous le savez tous, les habitants des chutes du Niagara sont très caractéristiques. Alors pour leur rendre hommage, un petit film:

Image de prévisualisation YouTube

Pour ceux qui ne connaissent pas le truc, les habitants des chutes de Niagara ont les oreilles décollées et le front plat… et vous savez maintenant pourquoi.

Comme vous pouvez le constater, on sait maintenant mettre des vidéos… donc prenons la machine à remonter le temps et retournons au début de notre périple…

Vancouver et le cadeau des potes d’Agnès : Le tour en hydravion

le décollage

Image de prévisualisation YouTube

Et qui dit décollage dit collage… excusez moi, I mean « attérissage »

Revenons avec la même machine au présent. Dans les stations services, on voit souvent la même affiche qui rend hommage à un très grand MONSIEUR de France… je ne parle évidemment pas du Président qui lui est petit, tout petit… mais plutôt d’un très grand chanteur. Alors merci les canadiens de ne pas oublier Serge et ses sucettes à l’anis (ce que connaît très bien notre très chère Rachida).

img0360.jpg

Il est temps d’aller se coucher et reprendre la direction de Montreal.

28/09/10 – Chicago

28 septembre 2010

Depuis le dernier post, nous sommes restés 2 semaines au lieu de 3 dans le centre équestre car cela ne nous convenait plus: la boss jouait à Guitar Hero pendant que  nous faisions de la clôture, commençait à être plus que limite lorsqu’elle nous parlait… probablement des sautes d’humeur mais bon nous n’étions pas non plus ses   esclaves. Ceci étant, voici quelques photos :

The Red Barn où se trouvait la bouffe pour les chevaux

photo088.jpg

On peut voir le quad que nous utilisions pour déplacer le matériel et nous-même sur la propriété.

Nous sortant les chevaux pour les amener manger s’ils étaient malades.

photo105.jpgphoto091.jpg 

Après le centre équestre, nous sommes retournés à Kelowna afin de travailler un peu : ce que nous fîmes dans la cueillette de pommes. Le temps n’étant pas très clément, nous n’avons pas fait beaucoup d’argent mais bon c’est toujours ça de pris. Le verger était plus sympa que le vignoble: on trouvait un coin cuisine d’été, une vraie douche avec de l’eau chaude et toujours des gens sympathiques dont un cuisinier, ce qui est un vrai plus.

Nous avons travaillé 2 semaines environ (moins les jours de pluie car pas de travail : trop glissant). On part pour profiter un peu avant d’aller à Montreal. On a donc décidé de passer la frontière américaine et de faire le voyage et une halte à New York pour visiter.

Petit moment de pression car je n’ai pas de passeport biométrique. J’avais lu sur quelques forums que je n’en avais pas besoin mais un couple de français nous a dit qu’ils s’étaient fait refoulés à la frontière américaine sans ce passeport.

Petit aparthé : ce couple de français (Arnaud et Caroline) nous a fait découvert un excellent groupe de musique néo-zélandais : il s’agit de Fat Freddy’s Drop.

Finalement, nous sommes passés et ils ont désormais une trace de nous puisqu’il a fallu laisser nos empreintes digitales et une petite photo souvenir. Le trip américain peut enfin commencer.

Après 3 jours de voiture, on fait un détour par le fameux parc Yellow Stone dont voici quelques photos:

Bisons sauvages, cerfs jeunes, paysages, encore des bisons….

photo113.jpg photo116.jpg photo122.jpgphoto118.jpg

Des centaines de geysers dont on a oublié de prendre une photo…. oups

Des hectares de cimetière de sapins calcinés:

photo126.jpg photo144.jpg

On sort enfin du parc sans embûches car déjà grillées… c’est un peu nul cette blague… nous nous dirigeons toujours à l’Est, on croise plein de chevreuils ou biches (je n’ai jamais bien su la différence)…. enfin bref, plein d’animaux sur 4 pattes qui ressemblent à Bambi jusqu’à l’accident. Et oui, il y avait un putain de bambi au bord de la route que je n’ai pas vu qui a attendu que la voiture soit à sa hauteur pour traverser… Bambi, t’es con!!… Pour la peite histoire, il faisait nuit mais ma chère co-pilote l’avait bien vu mais a préféré fermer les yeux et serrer les fesses… merci ma co-pilote chérie… (j’ai poussé un cri d’alarme quand même) quant à moi, j’ai vu sa tête juste devant la voiture mais trop tard. Ensuite, il a disparu et a réapparu juste à côté de la voiture, couché, à faire des tours sur lui-même et glissé sur la route… un peu comme une moto lors d’un grand prix… On s’arrête immédiatement pour checker… le devant de la voiture… heureusement, nous n’avons que les clignos avant droit cassés et des poils de partout. Bambi a du mourrir suite à ses blessures car je pense que le train arrière a du se fracturer sous le choc: j’étais à 80km/h environ. Nous avons de la chance de l’avoir pris , je pense, par le côté avant de la voiture car en pleine face, on aurait pu y laisser notre radiateur. Nous reprenons la route avec le sentiment que DODGE, c’est du costaud.

C’est la première fois que je percute un animal et je dois avouer que je n’ai rien senti.

On continue toujours vers l’Est avec un petit détour par le Mount Rushmore et sa collec de têtes :

photo145.jpg 

Puis le Missipi :

photo147.jpg 

J’ai oublié de dire qu’on a fait une halte à Chicago. Première soirée à Chicago, grosse mine cela faisait longtemps… Chicago est une ville magnifique. Les photos de Chicago seront dans un prochain post car je ne sais pas encore comment les récupérer.

Aujourd’hui est notre troisième jour à Chicago et on s’en va direction Détroit, puis probablement Cleveland, le berceau de la voiture américaine. New york sera pour une autre fois.

Donc à bientôt NY

Ridgedale, Saskatchewan

1 septembre 2010

31/08/10

Nous revoilà.

Pour commencer, nous allons bien.

Où en étions-nous : à notre première nuit dans les Rockies. Nous avons donc fait une petite balade de 2 jours au pied de glaciers, en passant par plusieurs cascades. C’était grandiose, et en plus le temps était avec nous, ce qui est loin d’être le cas les jours suivants. En effet, la balade de 2jours fût la seule unique petite rando que nous avons effectuée car il a fait un temps pourri, nous avons navigué dans les Rockies en voiture pour visiter différents lacs dont le lac Morlaine qui est vraiment sympa car entouré de pics.

Nous avons vu d’autres grizzlis avec des gosses et un ours brun. La météo ne s’arrangeant pas, nous partîmes direction Ridgedale en prévoyant de prendre notre temps pour visiter à droite et à gauche pendant le trajet.

Nous avons commencé par Calgary et les plateaux de l’Ontario. L’avantage de ces plateaux, c’est qu’on voit très très loin à l’horizon. La route est DROITE. Et tout le paysage est la culture des champs… il n’y a que ça.

A calgary, nous nous sommes arrêtés au zoo où il y a quelques dinosaures… vivants.  Vous l’aurez compris : il s’agit de clonage à partir d’ADN trouvé dans de l’AMBRE comme dans JURASSIC PARC (le film),  je ne rigole pas mais il s’agit de dinosaures de la période du crétacé donc pas de tyranosaure mais que des végétariens.

Je vous aurais bien montré des photos comme des Rockies mais j’ai malheureusement perdu l’appareil photo. C’est pour cela, que depuis le début de ces mots, il n’y a pas de photos.

Pour la suite, il y aura des photos prises avec le téléphone et donc avec ses qualités et défauts car c’est un téléphone.

Nous sommes passés par le Dinosor Provincial Park dans l’Ontario entre Calgari et Saskatoon. Au milieu des plateaux plats, il y a çà:

img0170.jpgimg0172.jpgimg0174.jpg

Je ne sais pas si vous verrez bien mais c’était comme si il y a un gros massif montagneux à une échelle très réduite. C’est ici, qu »ils ont retrouvé plein de fossiles dont certains complets.

Nous avons rejoint  Saskatoon, capitale du Saskatchewan  rien de très particulier si ce n’est que c’est plat. Lorsque les nuages sont de sortie, le ciel est assez beau grâce à son incroyable horizon.

img0181.jpgimg0192.jpgimg0200.jpgimg0243.jpgimg0257.jpg

Depuis une dizaine de jours, nous sommes donc à Ridgedale dans ce qu’on croyait un ranch ( le truc de wwoofing). En fait, il s’agit d’un centre équestre. Nous faisons essentiellement des clotûres, nourrir les chevaux, transporter des bottes de foin… le train-train quotidien d’un centre équestre en fait.

A bientôt pour vous en dire un peu plus sur ce centre équestre

 

pinot

10 août 2010

A force d’enlever des feuilles de vignes….on sait maintenant reconnaitre un pied de pinot noir d’un gewurtz par exemple.

Voilà le pinot

 p1010940.jpg

 

Voila une feuille de Gewurtz

 p1010941.jpg

 

Le pinot montre des « déchirures »divisant en plusieurs lobes la feuille tandis que le gewurtz non.

 Et voilà pour ceux qui auraient eu des doutes concernant la douche.

 p1010938.jpg

 

 

Attaque sauvage

10 août 2010

Ce matin j’ai retrouvé ma tongue à plus d’un mètre de la tente, pleine de morsures chaotiques, sombrement retournée face contre terre :

p10109451.jpg

 

A la taille des dents Christophe me dit que l’animal pourrait faire dans les 7 pieds!

Ce soir je mets mes tongues en lieu sur.

Départ de Kelowna

10 août 2010

09/08/10

Nous avons terminé notre boulot jeudi soir. Vendredi soir était réservé à une petite fête pour célébrer la fin du boulot.

Enfin, nous avons repris la route samedi soir pour les Rocky Mountains où nous sommes depuis dimanche.

Dès demain, nous commencerons par une petite boucle de 2 jours entre Lake Louise et Banff, histoire de se mettre en jambes pour de plus grandes rando peut être.

Et vous savez quoi…

p1010942.jpg p1010944.jpg

Enfin le premier ours que nous voyons pendant un trajet en voiture. A la vue de son museau racourci (et non cassé avec le dessus du crâne) et à sa bosse entre les omoplates, je dirai qu’il s’agit d’un grizzli.

2 août 2010

Kelowna

01/08/10

Cela fait maintenant une  quinzaine de jours que nous sommes à Kelowna, au bord du lac Okanagan.

Pour  commencer, voici quelques photos de notre rando, c’était le dernier week end avant le boulot.

Le camping d e la veille du début de la rando :

campingrando1.jpg campingrando2.jpg     

Quelques points de vue lors de la rando :  

rando5.jpg rando2.jpg       

Et ses sous-bois :

rando7.jpgrando9.jpgrando12.jpg

Il semblerait que les montagnes soient généralement très boisées, ce qui est très différent des Pyrénées par exemple. Cela se traduit que nous marchons à l’air frais, et non sous le chaud soleil, mais aussi en présence des mosquitos surtout lorsqu’on est arrêté, ceci est comparable à la camargue mais apparemment très différent du Québec où ils sont plus nombreux et gros comme un ongle. Suite à la première nuit passée en présence de ses mosquitos, notre peau ressemblait aux rocheuses avec des monts à plus de 3000.

Aujourd’hui nous avons effectué notre 14ème jour de boulot, en fait pas vraiment… nous avons mal dormi à cause du vent, nous nous sommes levés à la bourre : le petit lutin avait arrêté le réveil. Cela devient donc un jour off. Ceci étant, cela fait pratiquement 2 semaines que nous travaillons dans les vignes et le job devrait continuer jusqu’au moins au milieu de la semaine prochaine voire jusqu’à dimanche prochain. Quoiqu’il en soit, ce sera notre dernière semaine de boulot avant le départ pour les rocheuses.

Revenons à notre boulots et ses conditions : Nous avons débuté ce boulot par l’arrachage des branches qui se trouvent au niveau du sol jusqu’à environ une cinquantaine de cm au-dessus… En fait, il s’agit de la hauteur du genou du boss, soit environ 1,5-1,7 pieds pour parler local. Pour ce job, nous étions payés à l’heure avec un minimum de 8h/jour. Après avoir bien travaillé comme des polonais, le boss nous a proposé une seconde mission : l’arrachage de feuille afin de laisser aux grappes prendre le soleil du matin.

Avant

vignesavant.jpgmainsavant.jpg 

Après

vignesaprs.jpgmainsaprs.jpg

Cette fois, nous sommes payés à la production et cela confirme le vieil adage « Travailler plus pour gagner plus ». En fait cela fonctionne 2 jours seulement car le boulot est nouveau et que nous sommes motivés, que les mains ne sont pas encore abîmées… Alors :

« M. le Président, je vous fais une bafouille, que vous lirez sûrement si vous avez des couilles,

Tabernac, vos paroles dont vous nous gavez, il y en a assez. »

Ce petit aparté fait… j’avais oublié ce que c’était de râler et ça fait un bien fou… En bon petit français, nous faisons nos 8h de travail quotidien et tant pis pour la production : au final, nous devrons avoir assez de cash pour tenir quelques temps au moins assez jusqu’au WWOOFING.

Nous sommes donc payés à la production, plus précisément aux travées de vignes effectuées. Et au final, la travée est devenue :

-          Une monnaie : si nous souhaitons acheter un pack de bières, on va dire que le pack de bières vaut une travée par exemple.

-          Une unité de temps : « à combien de temps se trouve Vernon ? Hum, à au moins 2 travées d’ici mais en voiture»

-          Une unité de distance : « combien mesure ce champ ? ho là, je dirai 4 travées par 6 »

Il existe aussi la demie-travée et même le quart.

Notre boss est vraiment cool et cela contribue vraiment au fait que nous restons à faire ce travail.

Il ne faut pas trop se plaindre car nous pouvons nous loger gratuitement avec toutes les commodités et en plus nous avons même des petits commerces à proximité.

Voici la présentation de notre quotidien :

Le panorama lors d’un coucher de soleil

campement2.jpgcampement3.jpg

Notre co-worker québécois avec qui nous partageons notre quotidien et qui a commencé en même temps que nous et qui est toujours là : Emmanuel.

emmanuel.jpg

Le campement, au milieu du lieu de travail

zonedecampement2.jpg

La douche

douchevignes.jpg

qui est aussi notre point d’eau potable et notre évier

agnsaurobinet.jpg

L’eau est évidemment froide mais à la vue de notre travail sous le soleil de plomb entre 34°C (lorsque le soleil est caché par les nuages) et 38°C voire plus de 40°C et dans la poussière et au milieu des pesticides et insecticides de toutes sortes, cela est satisfaisant. En fait, cette région est le prolongement du désert du Mexique, de l’Arizona… mais avec des lacs car nous sommes au Canada. Nous pouvons rencontrer des serpents à sonnette, des veuves noires, seules bestioles vénéneuses ou encore des vautours, des cougars  et des ours (pour ces 2 derniers, ils se trouvent plus dans les montagnes boisées) qui sont bien plus sympathiques ; un peu plus au sud il peut y avoir des chacals. On n’a encore rien vu de tout ça et on n’a pas cherché même si c’est très attirant.

Revenons à notre logis du Canada***, nos toilettes

toilettesvignes.jpg

Evidemment, il n’y a pas de chasse d’eau pour des questions d’économie de ressources, ni d’évacuations… Je vous aurai bien pris une photo de l’intérieur de la cuvette mais me méfiant du décalage horaire et ne connaissant pas vos heures de connections, je vous prive délibérément de cette chose appétissante. Petite parenthèse pour signaler que ce type de toilettes est très utilisé dans les campings par exemple mais pas seulement.

Notre pièce à vivre

soireanivagns.jpg

c’était le soir d’anniversaire d’Agnès avec nos co-workers québécois d’une journée mais qui ont continué à squatter et à qui j’avais confié la mission d’organiser cette petite party durant laquelle nous avons pu manger un fabuleux gâteau au chocolat.

Cette zone sert aussi de cuisine

agnsfaitlacuisine.jpg

Pour reprendre les actualités françaises, nous vivons un peu comme des roms et nous avons aussi une grosse voiture. Heureusement, qu’IL n’est pas là car IL serait capable de nous expulser car… pourquoi au fait ?… nouvelle lubie sûrement… il faut bien s’occuper quand même en attendant le « Air Force Sarko »…

Au final, cela reste quand même le fun comme disent les québécois.

Petit pot pourri car le Québec semble être le village d’Astérix :

-          Les fameux jurons comme « tabernac » ou « j’m’en tabernac » ou encore « calice » mais avec l’accent c’est mieux.

-          Pendant les présentations avec nos co-workers québécois : « Vous êtes français ? oui. Français d’où ? de France !? » car on peut être français de Québec, d’Ontario, du New Brunswick… Attention, ils ne se sentent pas plus français de France qu’anglophone de British Columbia, ils sont simplement québécois.

-          Le québécois vient du Québec avant tout et accessoirement du Canada. Partout au Canada, ils fêtent le Canaday Day (fête nationale, 1er juillet)  en arborant des petits drapeaux sur les visages et en agitant des petits drapeaux. Le québécois, lui, ce jour-là en profite pour déménager car jour férié mais il fête la Saint Jean car c’est la fête du Québec.

-          Pourtant le français est aussi une langue nationale avec l’anglais et là, « oublie ça, man ! c’est juste pour faire taire les québécois » (sic)

-          Ce qui est vraiment énervant pour un québécois, c’est d’avoir donné allégeance à la Reine d’Angleterre en rejoignant la fédération canadienne car ils disent qu’ils n’ont rien à voir avec les anglais et qu’en plus il y a eu quelques guerres/conflits qui sont passé(e)s par là.

L’accent québécois est rigolo dans le sens vraiment joli, en tout cas nous l’aimons vraiment bien. D’une manière générale, nous « n’avons pas la misère pour les comprendre » (sic), certains ont un accent plus prononcé et là, il faut un temps d’adaptation. Je pense qu’ils font aussi quelques efforts pour que nous puissions suivre mais dès lors qu’ils se laissent aller lors d’une discussion, cela devient un peu plus ardu. Agnès a vraiment du mal, quant à moi beaucoup moins : ça doit être mon côté auvergnat et la fréquentation de son accent où ce n’est pas de la compréhension mot à mot mais de la devinette du sens général, j’y dois être plus habitué à ce p’tit jeu.

Ah oui, ils apprécient aussi très bien notre accent.

Toujours pas d’ours, mais je sens que ça s’approche.

Approuvé par la grande direction du CSAgnès.

18 juillet 2010

19 juillet 2010

Depuis que nous sommes partis de Vancouver, nous avons passé une semaine sur Vancouver Island, île de 400km de long et de 200km de large environ.Nous avons récupéré notre voiture à Nanaimo, pour laquelle il a fallu donner une adresse afin d’obtenir une assurance et sans passer une sorte de contrôle technique : dans un même Etat, en l’occurence la Colombie-Britannique, il n’y a pas les mêmes règles. Notre adresse se trouve chez Robin Wood à Victoria.

De toute façon, heureusement que nous n’avons pas du passer ce contrôle technique car on perd un peu d’huile moteur et la suspension me semble très fatiguée. De plus, je pense que le joint de culasse est aussi fatigué car je retrouve, me semble-t-il, de l’huile dans le liquide de refroidissement. Pour 400$, nous ne pouvions pas avoir un carosse, j’espère juste qu’elle ne redeviendra pas une citrouille aux 12 coups de minuit fatidiques.

Revenons à Vancouver Island et à notre nouveau pote Regan. Après avoir donc récupéré notre magnifique carosse, nous sommes allés à l’extrême sud de l’île pour rejoindre Victoria, capitale de la Colombie-Britannique où nous avons visité le parlement et son histoire. Agnès est aussi allée visiter la maison d’Emily Carr, peintre autochtonne de la fin du XIXème siècle: merci Regan d’avoir permis de m’échapper, cela me permet de conserver un peu de motivation pour d’autres fucking musées.

Ah oui, j’oubliais, pendant 3-4 jours, j’ai été malade comme un chien : température et mal de gorge, je pense que j’ai attrapé froid avec ces différences de température : chaud à l’extérieur et froid à l’intérieur à cause de la climatisation. L’utilisation de la climatisation dans les supermarchés ou autres shops est poussée à son paroxisme: ils la mettent tellement froide que dans les supermarchés, il n’y a pas de rayons froids puisque la température ambiante doit avoisiner les 3-4°C réglementaire pour la conservation de produits frais… je déconne bien entendu mais c’est presque ça.

Après une nuit dans un camping près d’un lac… petite parenthèse, il n’y a que des lacs dans ce pays, je crois que c’est le pays qui possède le plus de ressources en eau douce : un pays d’avenir en résumé.

Nous avons ensuite fait une halte à Port Albertini, proche d’un lac. Ici est née une petite théorie empirique d’Agnès basée sur sa très grande capacité d’observation, qualité qu’elle continue de développer par son côté artiste et qui, dans cet exemple, est couplée à son nouveau (ou ancien) côté pragmatique probablement acquis pendant ses études… : les gens d’ici sont en général gros, y compris les femmes, question de parité. Donc, les femmes sont en général grosses mais elles sont surtout grosses du bide. Or, il semblerait, que nous, européens continentaux… j’exclus par le terme « continentaux » les British étant donné qu’ils sont insulaires et on sait tous que,sur les îles, l’évolution selon Darwin est particulière voire étrange. Je reviens donc à la théorie de ma chérie les canadiennes sont généralement grosses du bide à la très grande différence des européennes continentales qui, elles, ont tendance à être grosses des fesses. Il y a donc une petite différence génétique sur la manière de grossir. Ce particularisme se retrouve aussi chez nos amis british, ce qui confirme bien la théorie d’Agnès mais aussi celle de Darwin puisqu’à grande majorité les canadiens ont des origines british ou irlandaises, alors que les quelques québoiquoises croisées et qui sont grosses le sont des fesses du fait de leurs origines européennes continentales. Si je pousse cette théorie fumeuse à l’absurde, nous pouvons même dire que les femmes d’origine anglo-saxonne sont aussi voire plus proches des hommes européens continentaux que des européennes continentales car les anglo-saxonnes comme les européens continentaux grossissent du bide. Tout ça, pour dire que les femmes anglo-saxonnes sont des hommes, ce qui expliquerait beaucoup de choses comportementales comme le fait de roter comme des porcs et jurer à tout vent, entre autres.

Revenons à notre périple, après avoir fait une halte à Port Albertini qui se situe au milieu de l’île, nous sommes partis pour Tofino pour 2 raisons au bord de l’océan pacifique et qui est un fameux spot de surfeurs. La première est pour continuer à visiter l’île et la seconde est Regan. En effet, notre pote néo-zélandais Regan avait un date (rendez-vous)!… ma liberté d’expression étant censurée par le CSA (Conseil de Surveillande d’Agnès), je ne développerai pas plus la crise de la trentaine de Regan.

Alors voici quelques photos après ce pavé

p1010870.jpgp1010872.jpgp1010878.jpgp1010884.jpgp10108921.jpg

Suite à Tofino, nous sommes partis pour Nanaimo pour rejoindre le continent en faisant une halte à Comox, côté oriental de l’île appelé Strait of Georgia

p1010888.jpgp10108891.jpgp1010890.jpg

afin de rallier Kelowna, une sorte de Drôme canadien car il y a beaucoup de cultures arboricoles afin de trouver un travail… et c’est une réussite puisque nous commençerons un job le lundi 19 juillet dans les vignes.

Agnès qui fait son CV en anglais : ça a l’air dur…

p1010898.jpg

Enfin, ce we petite rando de 2 jours : le 1er jour (1600m de dénivelé positive et 15km) j’en ai chié grave alors que ma belle avançait telle une gazelle. Le second jour était mieux mais c’était essentiellement de la descente.

Toujours pas vu d’ours mais où sont-ils?

vancouver island

11 juillet 2010

OK, donc la photo de la dodge

 

 

Voilà le carosse.

img0166.jpg

Et puis une photo de Regan, on est parti avec lui depuis Vancouver. Il vient de nouvelle zeland, un accent terrible. Mais comme de toute façon on comprend pas l’anglais…

p1010853.jpg

 

On est sur l’isle de Vancouver, c’est beau et grand, les gens sont heureux.

 

p10108681.jpg
p1010862.jpg

Je crois que c’est les « landes  » de la colombie britanique, en plus écolo.

 

Et pour les bretons :p1010864.jpg

 

On fait du camping, comme tous les canadiens. C’est le sport national ici. Et quand ils campent c ‘est pas pour rigoler, les gars sont assez équipés : ils ont des bus en guise de caravane et des cuisinières pour barcecue.

Hier j’ai mangé le meilleur cookie ever!!

fourre tout

6 juillet 2010

Photos depuis stanley park et une de denise Hawrysio. J’espère que ce n’est pas trop petit

 

img0161.jpg

img0153.jpg

img0128.jpg

12